Nastassja Martin

Revenant sur sa dramatique rencontre avec un ours à l’extrême est de la Russie, Nastassja Martin signe avec Croire aux fauves un récit d’une rare intensité et un geste anthropologique fort.

Avec le talent d’écriture qui caractérisait son essai, Les Âmes sauvages, Nastassja Martin nous fait revivre ce jour d’été 2015 où elle marchait sur les hauteurs du Kamtchatka et elle est tombée nez à nez avec un ours qui l’a attaquée et l’a laissée défigurée. Une blessure, mais aussi une forme de renaissance ; la jeune femme s’était en effet promis que si elle survivait elle aurait des choses à faire et à dire dans cette vie. Le livre raconte les hospitalisations en Russie et en France, les opérations, les menaces d’infection, mais aussi la quête de l’anthropologue qui l’a conduite à partir à la rencontre des peuples indigènes du Grand Nord (les Gwich’in en Alaska, les Evens au Kamtchatka). Devenue aux yeux de certains habitants, une « miedka » (moitié humaine, moitié animale), Nastassja Martin interroge les notions d’altérité, de métamorphose, et par-là même la pratique anthropologique.

Nastassja Martin est anthropologue, diplômée de l’École des hautes études en sciences sociales, et spécialiste des populations arctiques. Elle est l’auteure de Les Âmes sauvages. Face à l’Occident, la résistance d’un peuple d’Alaska (La Découverte, 2016) et de Croire aux fauves (Verticales, 2019), ainsi que d’un documentaire en cours, co-réalisé avec Mike Magidson, Tvaïan (Point du jour/Arte).

Extrait

Ce jour-là, le 25 août 2015, l’événement n’est pas : un ours attaque une anthropologue française quelque part dans les montagnes du Kamtchatka. L’événement est : un ours et une femme se rencontrent et les frontières entre les mondes implosent. Non seulement les limites physiques entre un humain et une bête qui, en se confrontant, ouvrent des failles sur leurs corps et dans leurs têtes. C’est aussi le temps du mythe qui rejoint la réalité ; le jadis qui rejoint l’actuel ; le rêve qui rejoint l’incarné.

Médias

Par les temps qui courent du 18/11/2019

 

Portrait de Nastassja Martin dans Télérama du 23/10/19