© Hélène Bamberger

Pierre Chopinaud est écrivain. Au milieu des années 2000, il s’engage comme volontaire, dans le sud de l’ex-Yougoslavie, auprès de populations minoritaires déplacées par les guerres. Il devient alors traducteur du rromani. Il fait la connaissance de Pierre Guyotat et Armand Gatti et publie des textes d’intervention politique en faveur de l’émancipation de groupes minoritaires déplacés. Il a co-dirigé l’association la Voix des Rroms. Il est conseiller et formateur en stratégie politique au bénéfice de ceux qui sont privés de pouvoir. Il est l’auteur de Enfant de Perdition (P.O.L, 2020) et Cavalier d’épée (P.O.L, 2021).

Bibliographie

Cavalier d'épée

P.O.L, 2021

Le Cavalier d’épée, c’est une figure du tarot divinatoire qui représente le combat, la charge. Symbole d’action et de révolution. Et ce livre raconte bien l’engagement et les combats de son auteur. « À l’âge de 17 ans, je fuis ce mode de vie à quoi mon père voulant me soumettre, s’est soumis ». C’est ce qu’il appelle une « trahison féconde ». Il décide de rompre avec son milieu familial, de « quitter le Père », l’Occident, pour se porter au secours des populations de l’ex-Yougoslavie, quand en 1999 les forces de l’OTAN bombardent la Serbie et le Kosovo. Sa rencontre, là-bas, avec les populations Roms et Tsiganes bouleverse sa vie. De retour en France, il dirige la « Voix des Rroms », apprend leur langue, défend leur cause avec eux auprès des institutions nationales et européennes, œuvre à la reconnaissance de leur génocide par les Nazis, crée un club de boxe pour « les enfants perdus »…
Pierre Chopinaud a rassemblé ses textes politiques, publiés ces 15 dernières années : défense des Rroms, lettres à des personnalités politiques, traductions de poèmes roms, pamphlets, témoignages historiques… Il les a intégrés à un grand texte autobiographique inédit, relatant et commentant ses prises de positions, son histoire personnelle, ses rencontres. Comment il rejoint ce qu’il appelle « le camp des subalternes » (parias, déplacés, exclus, migrants, exilés), et dans une sorte de mystique politique, il fait le « roman » de notre apocalypse contemporaine, à la fois destruction et révélation. Ces textes engagés livrent surtout le récit halluciné de la genèse d’un écrivain. Comment le projet politique de l’auteur révolutionne son rapport à la langue française, bouleverse sa vision du monde et de l’Histoire, jusqu’à créer un univers romanesque hors normes, inspiré autant de Dante, de la Bible ou de la mythologie, que de Victor Hugo, Jean Genet, et Pierre Guyotat.