© Francesca Mantovani

Tristan Garcia est écrivain et philosophe. Il est maitre de conférences à la faculté de philosophie de l’université Jean Moulin-Lyon III. Il est l’auteur d’une dizaine de romans, dont La Meilleure part des hommes (2008), qui raconte l’arrivée du sida dans la communauté homosexuelle, 7 (Prix du livre Inter, 2016), Âmes. Histoire de la souffrance I (2018), Vie contre vie. Histoire de la souffrance II (2023) et d’une dizaine d’essais philosophiques, dont Forme et objet. Un traité des choses (2011), Laisser être et rendre puissant (2023), à travers lesquels il entreprend une description du monde par la philosophie.

Bibliographie

Laisser être et rendre puissant

PUF, 2023

Nous sommes séparés et opposés. Nos luttes aboutissent à des conceptions irréconciliables quant à l'être même des choses. Dans cet ouvrage, Tristan Garcia refuse de se résoudre à l'affrontement et propose d'accorder une existence commune, minimale et égale à toutes les entités possibles, afin de mieux reconstituer leurs différences et leurs puissances. Il répond à la destitution de l'universel, critiqué de toutes parts, par la recherche d'un « commun distinct », un être commun à toutes choses, un minimum de détermination qui ne serait pas l'expression d'un pouvoir, sans sombrer pour autant dans l'inconsistance.
Par cette conception non hégémonique, la pensée critique, le matérialisme ou le réalisme sont reconsidérés. La libéralité et l'autorité de chaque position de pensée sont élucidées jusqu'à faire éclater la contradiction de toute ontologie trop libérale : laisser être aussi bien ce qui empêche d'être. L'enquête débouche sur la formulation d'une nouvelle métaphysique « résistante », attachée à la distinction, l'égalité et la formation permanente de tous les êtres. Laisser être et rendre puissant permet alors une conception renouvelée du temps, du vivant, de la coexistence politique et de nos manières d'être.

Âmes. Histoire de la souffrance 1

Gallimard, 2018

« De ce qui a souffert, il demeure toujours un indice ténu, des témoins, quelques conséquences bonnes ou mauvaises, une voie déviée, un noeud dans les cordages du monde infini. Depuis des siècles, les ancêtres se souviennent, oublient, se souviennent... Il nous reste des traces de traces, et à la fin plus rien. »
À travers le temps, quatre âmes se croisent, se battent, se ratent et se retrouvent. Successivement animales et humaines, elles voyagent au néolithique, en Mésopotamie, à travers la Méditerranée à l'âge du bronze, dans la Chine ancienne des Wu, sous l'Empire romain, dans le royaume indien de Samudragupta ou au beau milieu du désert australien. Leurs existences forment une ambitieuse fresque, une épopée des oubliés dont femmes, esclaves, enfants ou bêtes sont les héros.