Dire la fragilité des mondes

jeudi 26 août 2021 - 14h30

Dialogue entre l’écrivaine Maylis de Kerangal et l’anthropologue Nastassja Martin

Véritable discipline de l’altérité en ce qu’elle dépeint les modes de vie et de pensée de collectifs humains auxquels n’appartient généralement pas celle ou celui qui les étudie, l’anthropologie est aussi une écriture du commun, qui s’attache à décrire les mythes fondateurs et les lignes structurant les sociétés. Peut-on néanmoins continuer à penser le commun quand ce qui nous unit n’est rien d’autre que la perspective du désastre, que les lignes ne filent plus très droit ? Comment encore exprimer l’altérité quand les milieux et les collectifs qu’on étudie sont les premiers touchés par la catastrophe écologique et qu’on appartient soi-même aux sociétés responsables de ce délabrement ?
Pour Nastassja Martin, l’anthropologie doit désormais être au service de ceux dont les voix ont été passées sous silence durant des siècles. Ce sont l’attention à leur parole, le souci de traduire la diversité des êtres, les formes de restitution, qui permettront de résister à la perte des mondes. Elle partagera cette réflexion avec Maylis de Kerangal pour qui la description littéraire et la précision de la langue s’apparentent à un geste politique qui trouve des échos justement dans l’anthropologie, l’ethnologie ou l’archéologie.

Modérateur : Emmanuel Favre

GRATUIT DANS LA LIMITE DES PLACES DISPONIBLES - réservation obligatoire via la billetterie en ligne