Autres manières d’être vivant

jeudi 21 mai 2020 à 17:30

Dialogue entre l’anthropologue Eduardo Kohn et le philosophe Baptiste Morizot
animé par Emmanuel Favre, directeur du festival

© D.R.
© Caroline Chevalier

S’appuyant sur quatre ans de recherche ethnographique auprès des indiens Runa du Haut Amazone équatorien, Comment pensent les forêts d’Eduardo Kohn explore la manière dont ce peuple amazonien interagit avec les diverses créatures qui peuplent l’un des écosystèmes les plus complexes au monde. L’anthropologue en tire une audacieuse théorie des signes qui bouleverse en profondeur nos conceptions des rapports entre humains et non-humains. Partant du postulat que « la pensée s’étend au-delà de l’humain », Eduardo Kohn considère tous les être vivants comme des signes pouvant être interprétés par d’autres. Ainsi les rêves des chiens orientent-ils la chasse du lendemain ou la forme si particulière du museau des tamanoirs renvoie-t-elle à la géométrie des tunnels des fourmilières. Ces manières d’entrer en contact avec des non-humains intéressent en premier lieu Baptiste Morizot pour qui la crise écologique actuelle est d’abord une crise de nos relations au vivant (dans le sens d’une réduction des affects, des concepts et des pratiques nous reliant à lui). Selon lui, tout l’enjeu philosophique est de repenser les égards que nous devons aux milieux et aux autres vivants, d’inventer des formes de réciprocité. Eduardo Kohn et Baptiste Morizot partageront leurs points de vue sur le besoin de penser le monde à partir du vivant.

 

Eduardo Kohn est un anthropologue américain. Il enseigne à l’université McGill de Montréal. Il est l’auteur de Comment pensent les forêts (Zones Sensibles, 2017).

 

Baptiste Morizot est philosophe, maître de conférences à l’université d’Aix-Marseille. Il est l’auteur de Les diplomates (Wildproject, 2016), Sur la piste animale (Actes Sud, 2018), Manières d’être vivant (Actes Sud, 2020).

 

GRATUIT DANS LA LIMITE DES PLACES DISPONIBLES - réservation conseillée